50 ans d'indepéndance du Togo, ça se faite

Publié le par Rochereau

Cinquante ans, ça se fête !
Le gouvernement a décidé de créer des préfectures et des sous-préfectures « afin d’être en harmonie avec l’état d’accroissement démographique et de rapprocher l’administration des administrés ». Le Conseil des ministres qui s’est réuni vendredi a adopté un avant-projet de loi qui, une fois affiné, sera présenté à l’Assemblée.
Le gouvernement s’est dit également attentif aux requêtes des habitants de Bé, Amoutivé et Baguida. concernant les problèmes sociaux, économiques et politiques et de développement de ces quartiers de Lomé. Le Conseil des ministres a décidé de la mise en place d’un comité interministériel pour réfléchir sur l’ensemble des préoccupations soulevées et faire des propositions au gouvernement.

Enfin, le gouvernement a examiné les propositions faites par le Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC) sur l’organisation de la célébration du 50ème anniversaire de l’indépendance du Togo.


Voici le communiqué du Conseil des ministres

Le conseil des ministres s’est réuni ce jour du vendredi 30 octobre 2009 au Palais de la Présidence de la République, sous la présidence du Chef de l’Etat, Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE.

Au cours des travaux, le conseil a examiné et adopté deux avant-projets de loi, un projet de décret et écouté une communication.

Le premier avant-projet de loi, présenté par le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, porte-parole du gouvernement, porte création de préfectures et sous-préfectures.

Les impératifs actuels de développement font apparaître des besoins nouveaux de restructuration du territoire national afin d’être en harmonie avec l’état d’accroissement démographique et de rapprocher l’administration des administrés. Ce projet de loi marque la volonté politique de décongestionner le territoire de certaines préfectures dont l’étendue et l’enclavement rendent plus difficile la gestion administrative. Il vise donc à créer les conditions indispensables à la bonne administration et au développement local.

Ce projet de loi sera soumis à l’assemblée nationale très prochainement.

Le second avant-projet de loi, présenté par le Ministre d’Etat, ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique Villageoise, porte  code de l’eau.

En effet, le Togo s’est engagé depuis 2002 à réformer le secteur de l’eau en utilisant une approche de gestion intégrée des ressources en eau. Il était donc important de doter ce secteur d’un instrument juridique approprié pour régir la mise en valeur des ressources en eau afin d’assurer la rentabilisation des investissements y afférents, tout en prenant en compte les intérêts économiques et sociaux des populations.

Le projet de décret présenté par le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche  approuve le programme national de la sécurité alimentaire au Togo. Ce programme vise à assurer la sécurité alimentaire de toutes les couches de la population sans aucune discrimination.

Pour faire face aux défis importants en matière de réduction de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire, l’Etat togolais s’est engagé depuis 2005 dans une série de réformes institutionnelles et de concertation.

Dans cette perspective, et sur la base des engagements pris lors du Sommet Mondial de l’Alimentation et des Objectifs du Millénaire pour le Développement, le Président de la République, manifestant sa volonté de tout mettre en œuvre pour réduire l’insécurité alimentaire au Togo, a sollicité l’assistance de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture en vue de l’élaboration d’un programme national de la sécurité  alimentaire.

Le conseil des ministres a ensuite écouté une communication du ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, porte-parole du gouvernement, relative aux préoccupations soulevées par les  collectivités de Bè touchant aux problèmes sociaux, économiques et politiques de leurs collectivités, et des problèmes d’assainissement et de développement des quartiers où habitent ces collectivités, notamment Bè, Amoutivé et Baguida.

Le conseil a décidé de la mise en place d’un comité interministériel pour réfléchir sur l’ensemble des préoccupations soulevées et faire des propositions au gouvernement.

Par ailleurs, le conseil  a écouté deux comptes-rendus :

Le premier, présenté par le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, porte-parole du gouvernement est relatif aux propositions faites par le cadre permanent de dialogue et de concertation sur l’organisation de la célébration du 50ème anniversaire de l’indépendance du Togo.

Le deuxième compte-rendu, présenté par le secrétaire général de la présidence de la République, est relatif à la correspondance adressée par le président du Burkina Faso au chef de l’Etat togolais pour le remercier du soutien moral et financier du gouvernement et du peuple togolais suite aux inondations qui ont touché le mois dernier son pays.

Le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, porte-parole du gouvernement, a présenté un décret de nomination des président des CELI sur proposition de la CENI, un décret portant modification du décret n°2001-191/PR du 16 novembre 2001 relatif à la nomination des délégations spéciales dans les communes, et un décret de nomination des préfets.

Enfin, plusieurs autres décrets de nomination  ont été pris au titre du ministère   de l’eau, de l’assainissement et de l’hydraulique villageoise, du ministère sécurité et de la protection civile, et du ministère de la justice, chargé des relations avec les institutions de la République.

Publié dans Actualité togolaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article