Affaire Bertin Agba: L’Emirati Abass l. Yousef pris en flagrant délit de mensonge

Publié le par Rochereau

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

 

Les nouveaux rebondissements dans l’affaire dite d’escroquerie dans laquelle serait impliqué le Directeur général d’OPS Sécurité Bertin Agba Sow-Abalo commencent  par montrer des mains obscures. En première lieu, le plaignant Abass Yousef qui, au cours de sa visite à Lomé, a finalement démontré le vide qui existe dans le dossier.

 

L’homme d’affaires des Emirats Arabes Unis Abass I. Yousef vient une fois encore d’indiquer avoir été escroqué par son désormais ex-collaborateur Bertin Agba Sow-Abalo. Il aura même déclaré être à Lomé « avec des évidences pour obtenir justice et réparation ». Et pourtant, des sources proches du dossier estiment que le plaignant a tenté en fin de semaine dernière, au cours d’une confrontation, de se justifier sans pour autant convaincre et finir par se couvrir de ridicules. Les pièces à conviction que le Chairman de « Pilatus Group» a versé n’aurait pu convaincre personne.

Le sieur Yousef qui accuse aujourd’hui se révèle plutôt être celui là même qui posait les jalons d’affaires sans tête ni queue. Il avait été convenu entre les deux parties que Bertin Agba Sow-Abalo, le patron de « Business International Management (BIM) SAU » soit le représentant du groupe en question au Togo. Au nombre des missions Abass l. Youssef demandait à Bertin Agba d’organiser des rencontres avec des autorités africaines et bien entendu togolaises, d’aider à négocier plusieurs affaires avec elles. « …Nous vous chargerons de récupérer pour notre groupe des biens lui appartenant qui sont en dépôt en Côte d’Ivoire. Votre mission, bien évidemment, consisterait à transporter les marchandises de ce pays vers un destination dont nous vous informerons »,  avait  écrit le sieur Abass à Bertin Agba. Pour ne pas se faire prendre à ce qui semble être de l’escroquerie, le sieur Agba dans sa lettre réponse datée du 17 juillet 2008 avait signifié son désaccord de se livrer à de tel jeu : « …Avec toute la considération que je vous dois, je ne pourrai pas honorer à la récupération des biens de votre groupe en république de Côte d’Ivoire », a souligné le sieur Agba Sow-Abalo

 

L’homme d’affaire émirati est donc reparti le week-end dernier, couvert de honte pour avoir été pris en flagrant délit de mensonge par des avocats de l’accusé Maîtres Attoh Mensah, Doe Bruce et Eloge Talboussouma. D’ailleurs, ces avocats ont eu à dire leur part de vérité dans cette affaire au cours d’une conférence de presse animée dans la capitale le 27 juillet dernier.

 

Dans un pays où les règles démocratiques sont respectées, les autorités judiciaires devraient comprendre qu’il y a du vide dans le dossier et relâcher l’homme d’affaires togolais vaquer de nouveaux à ses occupations. Mieux la justice togolaise devait ordonner l’arrestation de monsieur Yousef I. Abbas et l’inculper d’escroquerie parce qu’il voulait amener un citoyen togolais à commettre de faux et usage de faux.

Sylvio Combey

Publié dans Actualité togolaise

Commenter cet article