Bruno Amoussou est-il l’objet d’un complot ?

Publié le par Rochereau

 

 

Le département du Mono-Couffo est de toute évidence le lien qui existe entre les deux actes d’insécurité perpétrés sur les ministres Bernadette Sohoudji Agbossou et Moudjaïdou Soumanou. La première est originaire du département du Couffo tandis que la voiture du second a été trouvée dans la localité de Lobogo. Dans le contexte de tension qui prévaut chaque jour, ce lien ne relève pas de la banalité vu surtout les circonstances de la mort de la ministre Agbossou. Les récentes révélations font état d’un assassinat pur et simple dans la mesure où les assaillants étaient non seulement cagoulés mais n’étaient visiblement préoccupés que par le fait de tirer sur la ministre. Une fois l’exécution accomplie, les assaillants se sont immédiatement retirés. Le lien commun entre les deux actes étant établi, il faut juste suivre le regard qui mène tout droit sur Bruno Amoussou.

 

Qui dit en effet Mono-Couffo dit Bruno Amoussou car il est bien établi qu’une grande partie de ce département est son fief électoral. Même de façon involontaire, toute personne établie presque toujours un lien entre cet homme et son département d’origine. Est-ce que ce n’est pas comptant sur cette réalité psychologique que les actes d’insécurité perpétrés contre deux personnalités publiques ont un lien avec le Mono-Couffo donc à fortiori Bruno Amoussou ? Autrement dit, ne veut-on pas faire porter au Dadjè national la responsabilité de ces crimes ? La réponse est dans l’ordre du possible au regard de l’information qui voulait que le cadavre d’Urbain Dagnivo soit jeté dans une résidence d’Adrien Houngbédji afin de faire porter la disparition et la mort du fonctionnaire du ministère des Finances au candidat de l’UN. Plutôt que de choisir une méthode brutale et maladroite, la stratégie aujourd’hui ne consiste-t-elle pas à user des moyens plus subtils ? Il semble évident que si ces actes d’insécurité continuent et que s’il existe toujours un lien entre ces actes et le Mono-Couffo, on voudrait absolument que le regard de l’opinion publique se tourne vers le président Amoussou. Le but d’une telle manœuvre se serait bien évidemment de fragiliser l’Union fait la Nation. La vigilance doit donc être le mode de vie les jours qui suivent

Publié dans Actualité Béninoise

Commenter cet article