Commune de Ouidah : Comment une figure de proue de la gendarmerie terrorise le peuple.

Publié le par Rochereau

Les derniers emprisonnements sans mandat de dépôt dont certaines personnalités politiques ont été victimes dans la commune de Ouidah surprennent plus d’un. De sources fiables, il paraitrait que l’immixtion des hommes en treillis serait à l’origine.

La situation telle qu’elle se présente à l’instant à Ouidah, est comparable à la politique de terreur entamée en 1917 par Lénine. Laquelle politique Joseph Staline poursuivra plus tard pour asseoir la domination du parti communiste en Union Soviétique (actuelle Russie). La constitution béninoise donne-t-elle droit désormais aux hommes en treillis en fonction de faire la politique? La question mérite d’être posée. En effet, il ne se passe de jours à Ouidah où la population ne soit brimée dans ses droits par une figure de proue de la gendarmerie de cette localité. Le comble, si c’est que cette torture sous toutes les formes que subit la population allait dans le sens de la sauvegarde de sa sécurité, personne ne crierait à l’indignation. Curieusement, ce n’est pas le cas. Très puissant en tout cas devant le peuple de Ouidah et le ministre de l’intérieur, cette autorité de la gendarmerie n’a aucune pitié pour le bas peuple. Elle n’hésite plus à jeter les paisibles populations en prison. En tout cas, ‘’qui s’y frotte, s’y pique’’. Ceux qui ont tenté de marcher sur ses plates-bandes, ont passé naïvement des heures chaudes en prison et malheureusement, d’autres continuent d’y séjourner. Le hic, c’est qu’à travers ses intrigues, le ‘’Dadis Camara de Ouidah’’ travaillerait pour un camp qui ne serait pas aligné derrière le pouvoir en place. Ce qui est étonnant. De sources bien renseignées, notre « Dadis » se dit être royalement assis à la brigade et que personne ne pourrait le déboussoler. Une thèse qui semble être confirmée dans la mesure où il était annoncé partant lors des dernières mutations à la gendarmerie et qu’au finish, ça n’a plus été le cas. Certainement qu’il est effectivement au dessus de sa hiérarchie comme lui-même le claironne sur tous les toits.  
source: ''Le Béninois Libéré''

Publié dans Article de presse

Commenter cet article