Face à face militants de l’Ufc et force de l’ordre

Publié le par Rochereau

 

Echauffourée hier à Lomé

e.JPG

Les dirigeants de l’Ufc et les militants contestent toujours les résultats provisoires rendus public par la Céni. Nonobstant l’interdiction à eux faite de manifester leur mécontentement à travers les artères de la ville de Lomé par le ministre de l’administration territoriale Pascal Bodjona pour motif que les manifestations publiques sont interdites les jours ouvrables,  les opposants de l’Ufc et des leurs alliés sont descendus hier dans les rues. En effet, très tôt hier matin, les éléments de la Force de sécurisation des élections présidentielles (FOSEP) chargée de la sécurité du processus électoral, ont bouclé les lieux du rassemblement des manifestants. La détermination des militants de l’Ufc et alliés de protester leur ras-le-bol a provoqué la riposte des forces de l’ordre. C’est ainsi qu’on a assisté à une émeute entre les militants de FRAC et les éléments de FOSEP sur le boulevard Mobutu Sésséko. Les pneus et vieux véhicules incendiés, les ordures ménagères et les étagères des bonnes femmes déversées sur la chaussée bloquant la circulation. Les forces de l’ordre ont eu à faire l’usage des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants en colère qui crient «Bodjona voleur ». Les jeunes camouflés dans les traboules, envoient les projectiles en direction des forces de l’ordre qui répondent par des gaz lacrymogènes. Dépassés par les évènements, les éléments de la sécurité publique déversent leur colère sur les badauds et les passants qui sont tabassés à coup de matraque. Cette altercation entre force de l’ordre et manifestants a duré plusieurs heures, toutefois on ne dénombre pas de victime si ce n’est que des blessés légers.

 

Publié dans Actualité togolaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article