François Tankpinou menace de mort les journalistes du Béninois Libéré

Publié le par Rochereau

Lorsqu’on a le Satan aux fesses, on ne s’en défait que lorsqu’il reçoit une belle gifle de la main divine. Trois (03) citations en moins de deux (02) semaines, cela devient plus que de l’acharnement pour ne pas dire une grave menace pour ceux qui oeuvrent afin que la vérité  transparaisse. La menace de François Tankpinou est d’autant plus réelle que sa cabale contre les animateurs de votre journal Le Béninois Libéré, est qu’il déclare partout et à qui veut l’entendre qu’il aura leurs têtes car il affirme sans ambage que le procureur de la République est son parent. Donc, il nous enverrait une vingtaine de citations voire plus tant que nous continuerons à fouiner notre nez où il ne le faut salon lui, c’est-à-dire  dans l’affaire vol de 4 milliards de l’Iranien Mohamed Sadrollahi à la Boa de Paul Dereumeaux. Une affaire qui montre comment un homme d’affaires a vu de viles individus lui voler ses 4 milliards à la Boa, tout simplement parce qu’il est étranger et que c’est de l’argent gratuit qu’il faut se faire. Qui se sent morveux se mouche, dit-on. Donc, la réaction toute fougueuse de Tankpinou, après les différents articles de votre journal sur cette affaire, se comprend. Et pour cause, si la justice vide le dossier, il n’y a pas de doute que François Tankpinou et son gang seront épinglés et feront face aux implications de cette décision de justice. Il s’agit maintenant pour François Tankpinou de passer aux pressions, menaces contre les journalistes dudit journal surtout que ceux-ci sont restés indifférents à ses nonbreuses opérations de charme à coup de millions pour qu’ils enterrent le dossier et lui permettent enfin de retrouver le calme de jouissance de l’objet du topo mal ficéllé qui lui reste au travers de la gorge tel un os en acier. Fait marrant dans  ces ciatations, c’est que Tankpinou ne cesse de brandir ou parler d’honneur, comme si la recherche de la vérité dans laquelle s’est lancé Le Béninois Libéré est un acte de déshonneur pour lui. Si ce n’est  le cas qu’y a-t-il de mal à vouloir bloquer le travail de vérité s’il n’en est pour rien. De toute façon, en Afrique, quand on prend le bien d’autrui à plus forte raison son argent sans son contentement ou à son insu, on est considéré comme un voleur. Et il est connu de tous que le voleur ne connait pas de honte, d’honneur, sinon pourquoi se livrerait à un tel acte. Ce qu’il oublie aussi, c’est que nous avons le rapport de commission qui l’a écouté sur le vol de 4 milliars à la Boa. Rapport dont les conclusions ont fait qu’il a déjà ciré ses dents contre les barreaux de la prison. De plus, s’il n’en est pour rien pourquoi il a été arrêté et foutu en prison. Pourquoi ce n’est pas Tévoèdjrè, Gbégnonvi, Gbèdo, un artiste ou un footballeur qui ait été envoyé en prison et non lui ? Question très cruciale qui en dit long sur l’implication de François Tankpinou dans le dossier. D’ailleurs, il ne doit aujourd’hui sa liberté sous caution qu’après avoir payé une grosse somme. Ce sont ces informations qui mettent mal à l’aise Tankpinou. Aujourd’hui, du Directeur général du journal jusqu’au gardien, tout le monde est menacé. Prenant les menaces au sérieux, le journal prend le peuple à temoin au cas où quelque chose arrivera à l’un de ses journalistes. Il en sera responsable et répondra devant qui de droit. Au point où nous sommes, le journal ne peut en aucun cas abandonner ce dossier qui constitue un des handicaps de l’émergence du Bénin. Les menaces peuvent continuer, une chose est sûre, c’est que nous, nous avons la bénédiction de Dieu pour l’honorabilité de notre combat. Il faut que les Ong, Alcrer, l’Olc et autres organisations soucieuses du devenir de notre pays doivent se joindre à nous afin que le dossier vol de 4 milliards ait finalement une fin. Nous sommes une proie facile pour Tankpinou, certes mais il est à savoir que s’il arrive à ses fins en ce qui concerne Le Béninois Libéré, c’est qu’il aura au moins 20 000 Béninois Libéré qui vont se monter contre lui et faire en sorte qu’on découvre le type d’homme qu’il est, mieux le rôle qu’il a joué que cette affaire de vol.

Publié dans Article de presse

Commenter cet article