Justice/ Affaire Opt-Titan:Barthélémy Agnan libéré sous caution

Publié le par Rochereau

Ancien directeur général de l’ex-Office des postes et télécommunication (Opt), Barthélémy Agnan bénéficie depuis hier mercredi 04 novembre 2009 d’une libération conditionnelle après le versement d’une importante somme d’argent au trésor public. C’est en novembre 2006 que la justice béninoise qui enquête sur la scabreuse affaire Opt-Titan avait retenu l’intéressé dans les liens d’une détention préventive, afin de faire la lumière sur le dossier. Trois ans après, les conclusions de l’enquête sont toujours attendues mais l’un des principaux présumés coupables peut momentanément jouir de sa liberté.

 

Selon nos sources, l’ancien directeur général de l’ex-Opt Barthélémy Agnan est sorti de prison depuis hier. Retenu dans les liens de la détention préventive à la prison civile de Cotonou depuis trois ans au sujet de l’affaire Opt-Titan, la justice vient de lever momentanément son mandat de dépôt, contre le paiement d’une caution, dont le montant varie d’une source à une autre, l’intéressé lui-même n’étant pas joignable jusqu’au moment où nous mettions sous presse. Toutefois, selon nos informations, la justice a dû revoir à la baisse le montant d’une première caution fixé, il y a quelques mois à plus de 30 millions Fcfa, suite à la requête formulée par lui, pour être libéré. Montant que le prévenu a trouvé exorbitant et a préféré garder patience dans son enfer carcéral, espérant que, d’un jour à l’autre, sa caution sera diminuée. C’est donc chose faite. Le Parquet de Cotonou a réétudié la requête de Barthélémy Agnan. Combien a-t-il payé finalement ? On en saura davantage dans les heures qui suivent. Rappelons que le 28 novembre 2006, la Brigade économique et financière (Bef), démembrement de la police judiciaire, a eu connaissance d’une affaire qui a éclaboussé le régime du général Mathieu Kérékou. Il s’agissait de l’affaire Titan, qui n’est que le nom d’une société américaine en partenariat avec l’Office des postes et télécommunication (Opt) d’alors. L’éclatement de cette affaire a révélé, selon les premiers rapports de la police de véritables distorsions dans les mécanismes mis en place pour mobiliser les ressources financières nécessaires à la réalisation de ce projet chiffré à des dizaines de milliards Fcfa. L’ancien Dg de l’Opt, Barthélémy Agnan qui a reconnu avoir conduit de bout en bout le projet a été soupçonné à ce titre de manipulation des chiffres et de détournements de deniers publics. Malheureusement pour ses détracteurs, les faits qui lui sont reprochés n’ont pas été établis. On a eu l’impression que c’était un véritable gâchis, comme c’est le cas dans d’autres dossiers déférés devant la justice. Dans l’affaire Opt-Titan, Barthélémy Agnan l n’est pas le seul suspect, puisqu’en ouvrant une enquête, la Bef a auditionné également les sieurs Joachim Agbaholou, Jean Honvo, Basile Togonon, Philippe Agassounon, Abou Soumanou, Aboudou Aziz et un autre ancien directeur général de la société, Sanni Sabi Soumanou. Déférés devant le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou, ils ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du 2ème cabinet. C’est le début de leur séjour carcéral. Barthélémy Agnan montré du doigt comme, le principal suspect a réfuté les accusations soulevées contre lui. Lors d’une conférence de presse qu’il avait animée au début de l’éclatement du dossier, il s’est défendu soutenant mordicus que sa signature a été falsifiée ou scannée par des cadres de la société Titan, se réservant le droit de les poursuivre devant les tribunaux. Une fois libéré, on s’attend à le voir passer à l’acte. Avant Barthélémy Agnan, Sanni Sabi Soumanou avait bénéficié d’une liberté conditionnelle. Tout porte à croire que ce sont les gros poissons pris dans les mailles de la justice dans les différents dossiers, qui renflouent les caisses de l’Etat à travers les cautions. Leur liste est de plus en plus longue, et à cette allure on se demande, si les affaires de détournement dont la justice a connaissance livreront un jour leur verdict final.

 

Fidèle Nanga

le Matinal

Publié dans Article de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article