Les militants Fcbe à l’assaut de Toffo. Le maire Saturnin Ago Sohou a eu la vie sauve grâce à ses jambes d’athlète

Publié le par Rochereau

Les incidents perpétrés par une bande armée de gourdins, de machettes et de fusils à Houègbo le vendredi 23 Octobre dernier étaient au centre des débats lors de la conférence de presse organisée par le conseil communal de Toffo hier au centre ‘’Chant d’Oiseau’’ de Cotonou. C’est l’installation des conseils de villages Agaga et Agbozounkpa qui fait l’objet de convoitise. En effet réuni en session les 30 septembre et 1er Octobre derniers, le conseil communal a décidé de procéder à l’installation et à l’élection des chefs de village et du conseil de village. Puisque lors des élections précédentes devant conduire à l’installation des conseils de villages et des chefs de villages, c’est l’alliance Force Clé qui a ravi la vedette aux Fcbe. Ne pouvant pas supporter cette situation, les conseillers Fcbe aidés du préfet de l’Atlantique –Littoral, Honorat Hessou et du conseiller Antoine Alabi Gbègan ont décidé de mettre les pieds dans les plats. C’est ainsi que la délibération du conseil communal approuvant les élections des chefs de villages et des conseils de villages dans ces deux villages sera annulé par le préfet qui par arrêté, a ordonné la reprise de ces élections malgré toute la transparence et la légitimité qui ont entouré le vote. Et dans le même temps un individu s’autoproclame chef du village et signe des actes administratifs sous le nez et la barbe du préfet qui ne pipe mot. Face à cette situation, une autre session sera organisée pour se pencher sur la question. C’est ainsi qu’il a été décidé par le conseil communal de l’installation le vendredi 23 Octobre dernier. Cette décision n’a pas reçu l’assentiment des militants Fcbe qui ont juré d’empêcher l’installation même s’il faut attenter à la vie du maire. Ayant constaté que le mercure venait de monter dans le thermomètre, le maire et ses collaborateurs ont pris la sage décision d’aller informer les conseillers et les militants du report de la cérémonie d’installation au regard de la tension persistante. Et c’est là qu’ils vont être accueillis par une bande armée de machettes, de fusils, des morceaux de briques, tels des mercenaires en mission commandée. Le maire lui, reçoit une bassine d’essence en plein visage. Le maire  et ses collaborateurs auront la vie sauve grâce à leur talent d’athlète.

          Le préfet Honorat Hessou et Alabi Gbègan sèment la terreur à Houègbo

A l’heure où nous rentrions sous presse, la sécurité des conseillers non Fcbe notamment celle du maire en particulier est très menacée. Le préfet au lieu de prendre des décisions légales pour un aboutissement heureux de cette affaire, il se découvre le génie de remplaçant légal du  maire et va procéder à l’installation malgré la tension persistante du conseil du village d’Agaga à la place du maire et ceci quatre jours, soit le 27 Octobre 2009, après  que les malheureux incidents orchestrés par les militants Fcbe formés pour la circonstance. Antoine Alabi Gbègan, de son côté dans son souci de se faire une place au soleil du Changement fait des pieds et des mains pour montrer à Yayi qu’il travaille pour les cauris. Lui, son arme favorite, les menaces. Gare à vous si vous ne portez pas l’étiquette Fcbe. Ne pouvant pas supporter la cuisante défaite à lui assenée par Force Clé dans son propre village d’Agbozounkpa, c’est la solution inventée par le conseiller Alabi Gbègan  pour marquer sa présence. Eric Adja, Ct/Pr lui aussi n’a pu rien fait face à la razzia de Force Clé qui  a arraché le village d’Agaga. C’est justement ce qui justifie les convoitises dont sont l’objet ces deux villages où désormais les militants Fcbe font régner la terreur au nez et à la barbe des institutions  juridiques dont les précieuses décisions sont vivement attendues. Affaire à suivre…

Publié dans Article de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article