Marcellin Zannou a-t-il été réhabilité ?

Publié le par Rochereau

Depuis quelques jours, les Béninois commencent par voir le Colonel Marcellin Zannou intervenir sur les antennes des télévisions en qualité de porte-parole des douanes béninoises. Et ceux qui ont la mémoire longue se demandent si entre temps il avait été réhabilité.

L’affaire avait fait grand bruit à l’époque au point où l’ancien directeur des douanes et droits indirects Charles Adekambi et l’ancien chef brigade douane Cotonou Port avaient été limogés. Et ceci se passait un an seulement après l’accession à la magistrature suprême du président de la République, docteur Boni Yayi quand au cours d’une enquête diligentée par l’inspection général d’Etat (Ige), il avait été constaté des fraudes à grandes échelles. Et l’opérateur économique Daouda Lawal avait été identifié comme le pivot de cette fraude douanière.

 

En effet, à travers un compte rendu du conseil des ministres à la base du rapport de l’Ige, Marcellin Zannou à l’époque chef brigade douane Cotonou Port avait été accusé de légèreté sur fond de complicité dans la gestion de l’escorte douanière parce que l’infraction relative aux cinq camions chargés, objet du procès-verbal de saisie en date du 02 juillet 2007 et transformée en affaire contentieuse N° 446 du 03 juillet 2007 n’avait nullement été enregistrée dans le registre des affaires contentieuses de la brigade douanes de Cotonou port. En outre il lui était reproché selon toujours le communiqué du conseil des ministres, d’outrepasser ses prorogatives car la brigade douanes Cotonou port n’a pas compétence territoriale sur Porga et avait cru devoir y aller pour constater que les camions plombés par elle et censés escortés par ses éléments sont arrivés vides à la frontière. Toujours selon le rapport de l’Ige, la somme de 10 millions consignée par l’opérateur économique, Daouda Lawal contrevenant sur l’amende légale de 587.445.335 FCfa qui a sanctionné cette infraction, est sujette à caution et dénote du manque de transparence dans cette affaire.

 

 C’était eu égard à tout cela que le chef brigade douane port avait été limogé avec son Dg, Charles Adekambi. Et depuis on n’a plus jamais attendu parler de Zannou si ce n’est dans le cadre de ses activités en tant que promoteur d’une école de l’audiovisuelle. On en était là quand on apprend qu’il a été renommé chef de répression de la fraude. Et maintenant c’est en sa qualité de porte-parole de la douane béninoise qu’il intervient sur les médias. Le Béninois lambda aimerait bien savoir si le Colonel Marcellin Zannou avait été entre temps blanchi et réhabilité par un relevé d’un conseil des ministres car c’est à travers un communiqué issu d’un conseil des ministres qu’il avait été jeté en pâture et relevé de ses fonctions. Il serait malsain qu’au moment où on parle de refondation, la personne de Marcellin Zannou qui avait été trainé dans la boue dans cette sulfureuse affaire soit le porte-parole d’une institution comme la douane.

Quand on sait que déjà, cette institution est considérée comme un endroit où le vol est le sport favori, il y a de quoi que le chef de l’Etat, le docteur Boni Yayi se penche sur la question. Ce n’est pas bon ni pour la douane béninoise ni pour le président de la République et encore moins pour la refondation que Marcellin Zannou soit la vitrine de la douane alors même qu’on n’a pas connaissance qu’un relevé d’un conseil des ministres l’ait blanchi et réhabilité même si le communiqué du conseil des ministres n’est pas une juridiction. Affaire à suivre.


Eros NOUWOKPO le journal L'Autrefratenité

Publié dans Actualité Béninoise

Commenter cet article