Médiation de Yayi dans la crise nigérienne Tandja en rit aux larmes

Publié le par Rochereau

Le chef de l’Etat a reçu en audience, hier au Palais de la Marina, une délégation d’acteurs de la vie politique nigérienne venus solliciter son appui dans la crise politico institutionnelle qui secoue ce pays frère et ami avec qui le Bénin entretient depuis plus d’un siècle des relations privilégiées. Une démarche noble qui montre l’intérêt que les Nigériens eux  mêmes portent à notre pays et aussi le fait que le Bénin est réellement  un partenaire du Niger. Seulement dans  le cas d’espèce, il y a que tout premier Béninois que puisse être Boni Yayi, Tandja n’est pas facilement enclin à respecter les recommandations voire sa médiation dans cette crise. En tout cas Yayi ne peut essayer d’être impartial dans son jugement sans courir le risque de se voir smatcher par Tandja à qui il doit beaucoup.

Il faut dire à cet effet, que le Président nigérien  et Yayi se connaissent de vielles dates. En effet si Yayi est aujourd’hui Président du Bénin, il le doit en parti à Tandja Mamadou, qui en son temps, n’avait pas hésité à tenir la main de Boni Yayi alors président de la Boad pour aller voir ceux qui comptent en Afrique. De Wade à Kadhafi, il a fallu les recommandations du Président nigérien pour  que le docteur Boni Yayi soit reçu. Il a même offert des allées et venues avec l’avion présidentiel nigérien dans ce cadre.

L’apparente distance entre les deux hommes date d’après la présidentielle 2006 où Yayi une fois  élu, comme convenu a dû avoir recours à une drible dont il a seul le secret. Ce qui n’a pas manqué d’éloigner les deux hommes. Mais le plus important,  est de savoir si ce Yayi-là, que Tandja peut se prévaloir d’avoir fabriqué, a l’autorité suffisante pour en imposer dans une crise où la résolution impartiale remettrait en cause le siège du président actuel du Niger. D’où la complexité et surtout l’inutilité du déplacement effectué par la délégation nigérienne à Cotonou. Yayi connaît certes Tandja depuis longtemps, mais il ne faut pas attendre des miracles de  sa médiation auprès de ce dernier à qui il ne saurait dire de vérité.

Commenter cet article