Pour opérer l’alternance en 2011 au Béni,L’opposition ratisse large

Publié le par Rochereau

L’Union fait la Nation « Un », privée depuis un moment du soutien du G13 travaille à élargir son cercle. Elle tape avec succès à la porte de plusieurs leaders politiques. En clair, les mécontents du chef de l’Etat Yayi Boni commencent à rejoindre franchement les rangs de l’opposition.

 

Tous contre Yayi pour opérer l’alternance en 2011. visiblement ce plan fait du chemin, parce que de plus en plus, l’idée donne envie aux leaders des partis qui partagent la même vison que l’Union fait la Nation de se mettre ensemble. Même au sein de la famille du président de la République, des intentions de quitter ce cercle se manifestent. A cette allure, plus rien ne pourra s’opposer à la mise en place du front anti-Yayi. Les éléments sur lesquels les leaders de l’opposition fondent leur espoir, appellent sans nul doute de leur part, à mettre fin à l’isolement de certains responsables de partis et à les coopter, afin de leur montrer le chemin à suivre. Depuis quelques jours, c’est ce à quoi s’attellent les leaders de « UN ». Ainsi, de vieux routiers comme Kamarou Fassassi, Séverin Adjovi, Valentin Houdé ont été approchés par le noyau dur des G et F. En dehors de ces rencontres officielles, on apprend que d’autres ont été initiées dans l’informel. Selon les informations qui nous sont parvenues, les leaders de UN comptent ratisser large et au cours des jours à venir, une série d’actions allant dans ce sens sont prévues pour élargir le groupe. Mais en attendant quel est l’accueil réservé par ces responsables de partis à cette démarche des G et F ?

 

Franc succès

 

A ce sujet, les différentes délégations constituées ont été accueillies avec ferveur. L’opération qui consiste à tendre la main à ceux qui sont restés à la touche par rapport aux manifestations de l’opposition a du répondant. Car, le discours tenu par ces chefs de partis révèle qu’ils adhèrent au projet de l’ « UN » opérer l’alternance en 2011. Les informations qui nous sont parvenues font état de ce que, de Kamarou Fassassi à Séverin Adjovi en passant par Valentin Houdé, ils ont été unanimes sur la régression que connait le Bénin sur plusieurs plans. Régression au niveau du climat des affaires, régression au niveau de la presse, régression de la production cotonnière. Dans leur esprit, il ne fait l’objet d’aucun doute que la seule manière de mettre fin à cette série de contreper-formances et de paupérisation continue des Béninois, est d’unir les énergies pour sauver le pays du gouffre. Adrien Houngbédji, Léhadi Soglo, Bruno Amoussou, Lazare Sèhouéto, Séfou Fagbohoun, Saka Fikara, qui ont déjà manifesté leur mécontentement à plusieurs occasions n’ont pas tort de lancer contre le régime les diatribes. Ils sont rejoints bientôt par d’autres chefs de partis et des députés à l’Assemblée nationale. On s’attend donc à voir l’ « Un » recevoir du sang neuf pour aller plus loin dans son combat. Car, c’est ce à quoi, elle aspire en initiant une série de rencontres pour échanger avec des poids lourds de la classe politique. Pour la plupart, ils sont d’anciens ministres du Gal Mathieu Kérékou. S’ils s’ajoutent dans leur grande majorité à la coalition G et F, la moisson sera bonne. Mais, c’est 2011 qui déterminera en quoi ils continuent de peser politiquement. Seulement, nombre d’entre eux hésitent à sortir la tête de l’eau, craignant d’être rattrapés par le passé. Ce n’est pas le cas de l’ancien ministre de la Défense nationale. Malgré ses ambitions de se présenter aux prochaines élections présidentielles, Pierre Osho, compte être de la coalition.
Article paru dans le journal ''Le Matinal'' du vendredi 23 octobre 2009

Commenter cet article