Tension au sein du gouvernement béninois, Ça ne va plus entre Yayi et Kogui N’Douro

Publié le par Rochereau

Comme cela est devenu coutumier chez Kogui N’Douro quand le torchon brûle entre lui et le chef de l’Etat, Boni Yayi, le ministre d’Etat chargé de la défense, s’est rendu en France en attendant que la bile descende. Il n’y reviendra que lorsque les choses redeviendront normales car c’est une stratégie qui lui marche. Comme c’est l’équipe qui gagne qu’on ne change pas, il en est de même pour toute stratégie payante. En effet, quand le chef de l’Etat est dans l’une de ses crises, il lui faut du temps pour pouvoir digérer ‘’l’indigérable’’ et que la situation revienne à la normale car il faut du temps pour que les blessures se cicatrisent. Et c’est certainement ce que le ministre en charge de la défense met en pratique quand il lui arrive de faire face aux mauvaises humeurs de Boni Yayi. Et c’est à juste titre puisque nul n’ignore qu’il n’est pas aisé de travailler avec le président de la République vu son ambition à tout faire en même temps afin d’être dans le cœur des Béninois et aussi vu le nombre de ministres qui ont dû céder leur fauteuil. C’est n’est pas la première fois que les deux hommes en arrivent à une telle situation. Au contraire, les crises ne font que se multiplier. Ce qui laisse dire à certaines personnes qu’il y a l’un d’entre eux qui devient insupportable. Pour ce qui est de la crise actuelle, selon de nombreux observateurs, beaucoup de choses peuvent l’expliquer. Il semble qu’il y aurait un gombo sur lequel les deux hommes n’arrivent pas à s’entendre. Gombo que l’un d’eux aurait voulu se le faire tout seul et qui reste au travers de sa gorge. Ce que le second aurait compris et aurait interpellé son prochain. Telle peut résumer la situation. On peut se demander pour quoi le chef de l’Etat laisse perdurer un tel état de choses. Il a le pouvoir de dire basta à cela en éjectant le ministre qui actuellement l’objet de ses soucis. Ce qui n’est pas le cas. Il semble que Yayi ne veut pas se hasarder dans cette direction. En le faisant, il risque de se mettre à dos cette partie du Bénin dont est originaire le ministre au profit de celui qui lui donne la frousse depuis le mouvement de la susceptibilité de sa candidature a commencé, Bio Tchané. Avec une image tellement dégradée qu’il a aujourd’hui, ce serait encore de l’eau apportée au moulin des opposants or cela il s’en méfie énormément même s’il lui. A l’heure actuelle, la seule question qui se pose est de savoir jusqu’à quand la marmite qui est au feu continuera à garder sen couvercle. Wait and see !!!

 

 

Yorou N’GOBI

Article publié dans ''Le Béninois Libéré'' du 27 octobre 2009

Commenter cet article