TOGO/ Elections présidentielles,Faure Gnassingbé a rendez-vous avec son destin en 2010

Publié le par Rochereau

Elu en avril 2005 suite au décès du général Eyadema, le jeune président a hérité d’un pays aux multiples crises politiques, socio-économiques et surtout d’un pays économiquement exsangue, littéralement asphyxié qu’il était par les 15 années d’embargo imposé par la communauté internationale.

Faure Gnassingbé a d’emblée compris l’importance et la consolidation de la paix sociale dans le pays et s’est donc fixé comme objectif immédiat le renforcement de la cohésion sociale.

Sur le plan politique, l’ouverture prônée en direction des partis politiques de l’opposition s’est traduite par la participation de nombreuses figures historiques de l’opposition aux gouvernements successifs depuis 2005, culminant avec la nomination en 2006 de Me Yaovi Madjé Agboyibor au poste de Premier Ministre ; le professeur Léopold Gnininvi est quant à lui resté au gouvernement jusqu’à septembre 2009.

Même si le pays n’a pas encore totalement engrangé les fruits de nombreuses réformes engagées sur le plan économique et de la bonne gouvernance, les bases d’une relance économique saine et durable sont cependant véritablement posées.

L’arrivée en septembre 2008 de Gilbert Fassoun Houngbo, haut fonctionnaire international au poste de premier ministre a, définitivement rassuré les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux sur la détermination du président Faure Gnassingbé de relever le défi du progrès et de la relance économique du Togo.

A trois mois des élections présidentielles, le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé qui n’a pas encore officiellement déclaré sa candidature, apparait comme l’homme de tous les espoirs ; et face à une opposition indécise et divisée, il a véritablement son destin entre ses mains en 2010.

Publié dans Actualité togolaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article