Tractations pour une nouvelle majorité parlementaire au bénin: De

Publié le par Rochereau


La cohésion est en train de déserter depuis quelques mois les

rangs du groupe politique G13. Ses membres sont divisés et

reçoivent des appels ou sont sollicités aussi bien par la

mouvance au pouvoir que les opposants du G4. La majorité

étant devenue instable depuis quelque temps à l’Assemblée

nationale, les enjeux des prochaines élections et ceux des

dossiers en instance d’examen au parlement poussent

l’opposition et le pouvoir à entreprendre d’intenses tractations

avec les députés du G13 en vue de les rallier à leur cause.

 

Qui du pouvoir et de l’opposition détient actuellement la

majorité à l’Assemblée nationale ? On ne saurait le dire. Cette

majorité est très instable. Bon nombre de députés en fonction

de leurs  intérêts ou des promesses alléchantes qui leur ont été

faites démissionnent de leur groupe parlementaire pour

rejoindre d’autres. Cette situation fait que beaucoup de groupes

sont menacés d’explosion et certains se retrouvent minoritaires

au sein de l’Assemblée alors qu’ils étaient au départ en position

de force. Le G13 connaît actuellement quelques turbulences,

compte tenu de ces facteurs que nous venons d’évoquer. Il

porte en  lui des germes de cassure si les données ne

changeaient plus. La mouvance au pouvoir qui tient à retrouver

sa majorité d’antan veut profiter de l’occasion pour ramener

dans les rangs, les députés du G13 qui au départ de la

législature l’ont soutenue et lui ont permis de s’imposer au

parlement à ses adversaires à l’époque minoritaires. Mais le G4

et d’autres leaders de l’opposition ayant compris l’enjeu de cette

bataille pour la conquête d’une nouvelle majorité, n’entendent

pas laisser faire car c’est pratiquement la dernière ligne droite

qui conduit à la présidentielle 2011.

Voilà les raisons qui poussent les deux blocs à se ruer

actuellement sur les députés du G13 qui sont devenus

subitement très importants et semblent être désormais

incontournables dans ce processus. On leur promet de part et

d’autres, monts et merveilles. La pression est actuellement trop

forte au point où certains membres ne semblent plus avoir la

tête ou  le cœur pour ce groupe mais préfèrent saisir la  perche

qui  leur est tendue ailleurs. Les tractations vont bon train et

plusieurs départs pourraient être enregistrés dans les jours à

venir. Mais la question fondamentale que l’on doit se poser, est

celle de savoir, qui du camp de Boni Yayi ou des irréductibles

opposants du G4 arrivera à rallier le plus grand nombre de

députés G13 à sa cause si la cassure était vraiment consommée ?

C’est un tournant décisif et le vainqueur de cette bataille

stratégique gagnerait certainement du terrain et se donnera

quelques chances pour les joutes électorales de 2011 qui

s’annoncent très serrées.

 

Euloge R. GANDAHO, article paru dans le journal ''le Matinal'' du vendredi 23 octobre 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article