Revue de presse du lundi 02 au vendredi 06 novembre 2009

Publié le par Rochereau

135 clandestins béninois lâchés à Cotonou             

 Ils sont au total 135 béninois sur  les 285 clandestins  à bord du navire Safety, remis ce samedi   aux autorités béninoises. Arraisonné  le 18 octobre  dernier au large du cap Esterias, près de Libreville,  ce navire a été reconduit le même jour des eaux territoriales gabonaises  en direction du Bénin. 135. Voilà le nombre exact des béninois enregistré à bord du navire Safety qui comptait au total  285 immigrés clandestins. Arraisonné  le 18 octobre  dernier  au large du Cap Esterias, près de Libreville (Gabon), il a été reconduit automatiquement  à la sortie des eaux territoriales gabonaises   vers  les côtes béninoises. Il est  effectivement visible en haute mer  dans les eaux béninoises, ce samedi. Alertées,  les autorités nationales,   notamment celles des ministères de l’intérieur et  de la Santé ont constitué diligemment une équipe pour aller accueillir les nôtres. Selon des  sources policières, ils ont été repartis en deux groupes,  un groupe   a pris la direction du commissariat central et le second  a été pris en charge par la direction de l’immigration. Selon la presse internationale, seuls 24 des passagers  étaient en règle, les autres dont les 135 Béninois,  78 Togolais, 22 Maliens et 21 Burkinabès n’avaient le moindre papier sur eux, ou alors ce sont des papiers périmés. La Nouvelle Tribune du 02/11/2009  

Alliance G4 et tractations pour la présidentielle de 2011, Que peut encore Bruno Amoussou ?             

Le débat politique au sein de l’opposition est principalement animé par les ténors du G4, au regard de l’expérience politique de chacun d’eux. Rosine Vieyra Soglo de la Rb, Adrien Houngbédji du Prd, Séfou Fagbohoun du Madep et surtout Bruno Amoussou du Psd. Si les trois (3) premiers peuvent encore se prévaloir de disposer d’un joker à présenter au prochain scrutin présidentiel, le mystère reste grand en ce qui concerne le député Bruno Amoussou. Un mystère qui fait du président du Parti social démocrate au sein du G4 celui qu’il faille redouter le plus. Car même au crépuscule de sa vie politique, il peut encore tout.  Depuis que le Président du Psd a pris ses distances d’avec le bloc de la mouvance présidentielle, nul n’ignore les contradictions qui le traversent depuis peu. Au sein du G4, il reste un allié ne présentant manifestement aucun intérêt stratégique mais qui à lui tout seul peut provoquer le naufrage de ce navire. Aube Nouvelle du 04/11/2009  

L’ultimatum de Bio Tchané à Yayi Boni

La Banque ouest africaine de développement (Boad) menace de mettre un terme à tout accord de financement de projets au Bénin. C’est l’une des conséquences des multiples reports par les autorités béninoises de la validation de l’accord de prêts entre la ville de Porto-Novo et la Boad déjà bouclé pour des travaux d’assainissement et de préparation du 1er août 2010 dans la Capitale. Une correspondance aurait été déposée depuis quelques jours déjà sur la table du chef de l’Etat à cet effet. La mairie de Porto-Novo semble avoir été aussi informée de la décision qui frappera, dit-on, toutes les autres communes du Bénin qui envisagent de coopérer avec l’institution de l’ancien Directeur Afrique du Fonds monétaire international (Fmi) pour les aider à conduire à bien des projets de développement. L’information fait déjà le tour du pays et aurait beaucoup gêné certaines personnalités politiques dans l’entourage immédiat du président Yayi Boni. Mais, elles ne peuvent rien pour ramener le chef de l’Etat très mal conseillé à la raison. Cette menace de couper définitivement le robinet à la République du Bénin est la conséquence, dit-on, de la politisation à outrance des enjeux de développement sous le régime du Changement.   Le Matinal du 04/11/2009  

Visite du ministre de l'intérieur aux voyageurs du bateau Sharon

Lors de sa visite aux clandestins, le ministre Armand Zinzindohoué n'a pas été du tout tendre dans ses propos à l’égard des voyageurs clandestins qui voulaient se rendre au Gabon. Ayant pris la mesure de la situation et vu l'impact qu'ont déjà leurs comportements sur l'image de la nation, il leur a dit ses quatre vérités. Selon lui, pas question de voyager au-delà des frontières quand les pièces ne sont pas à jour. Il s'est inspiré de la situation des autres qui ont pu fouler le sol gabonais car ayant régulièrement leurs papiers. «Il ne faut pas que vous preniez le risque de voyager dans ces conditions», a-t-il dit aux clandestins. A l'en croire, ces individus de différentes nationalités ne doivent pas se considérer comme des victimes car ils sont seuls responsables de leur mésaventure. S'embarquer pour une aventure du genre avec des risques énormes relève entièrement de la responsabilité des voyageurs. L'Option Infos du 04/11/2009   

Seconde session ordinaire de l’Assemblée nationale

Les membres du bureau de l’Assemblée nationale se sont réunis le 03 novembre au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Ceci, dans le cadre de la 2ème session ordinaire parlementaire ouverte le 27 octobre dernier par le président de l’institution, Mathurin Coffi Nago. De sources concordantes, l’on apprend que les membres du bureau de l’Assemblée nationale ont discuté de plusieurs points au cours de leur rencontre. Entre autres sujets abordés, il y a la situation des 22 agents de l’administration de l’Assemblée nationale licenciés dès la prise de fonction du président Mathurin Nago. Des mêmes sources, l’on apprend que les membres du bureau de l’Assemblée nationale, ont pu accorder leurs violons sur cette situation des agents licenciés qui en réalité ne sont plus que 21, l’un d’entre eux ayant rendu l’âme il y a quelques mois dans un accident de circulation. Cependant, ces agents peuvent quand même se faire encore de souci parce que la régularisation de leur situation suppose plusieurs mois d’arriérés de salaire à leur verser ; ce qui apparemment risque de poser problème compte tenu des réalités financières de l’institution. Fraternité du 04/11/2009  

Rencontre manquée entre des personnes atteintes d’insuffisance rénale et le chef de l’Etat Boni Yayi

Triste sort. C’est ce qu’il convient de dire de la situation des quelques 300 Béninois qui souffrent actuellement d’insuffisance rénale chronique. Et pour cause, ces malades regroupés au sein de l’Association dialyses vie, en dépit de leurs multiples tentatives pour expliquer la situation aux autorités en charge de la santé, continuent d’être les victimes de ce mal qui frappe à grand coup dans leur rang. « Le mal dont on souffre dépasse la capacité boursière de chacun d’entre-nous. C’est pourquoi l’Etat a pris en charge la totalité des soins.  Dans leur tentative  de rencontrer le chef de l’Etat, Yayi Boni à son domicile privé. Là encore, ils ont buté contre le refus catégorique de la garde présidentielle. Tel le combat de David contre Goliath, ces hommes en treillis en faction dans les parages, comme ils en ont l’habitude, ont sans crier gare pris à partie ces malades qui peinaient à se tenir débout et qui pourtant ne demandaient qu’une seule chose : rencontrer le chef de l’Etat pour lui rappeler ses engagements pris lors des récents états généraux de la santé. Le Matinal 05/11/09

Affaire Opt-Titann, Barthélémy Agnan libéré sous caution

Ancien directeur général de l’ex-Office des postes et télécommunication (Opt), Barthélémy Agnan bénéficie depuis mercredi 04 novembre 2009 d’une libération conditionnelle après le versement d’une importante somme d’argent au trésor public. C’est en novembre 2006 que la justice béninoise qui enquête sur la scabreuse affaire Opt-Titan avait retenu l’intéressé dans les liens d’une détention préventive, afin de faire la lumière sur le dossier. Trois ans après, les conclusions de l’enquête sont toujours attendues mais l’un des principaux présumés coupables peut momentanément jouir de sa liberté. Le Matinal 05 /11/09

Audition publique à la Haac, Les émissions de la radio Capp Fm suspendues pour 30 jours il

 « Les émissions de la radio Capp Fm sont suspendues pour une période de trente (30) jours, à compter du jeudi 05 novembre 2009 », voilà l’une des décisions prises par la Haac à l’issue de l’audition publique des responsables de l’organe de presse. Par ailleurs, l'émission "La voix de la sentinelle" est interdite jusqu'à nouvel ordre sur tous les médias de la République du Bénin.  L’Ong "Etoile brillante du Matin" et dame Valdave Emilia Dagnonhouéton sont interdites de toute antenne de radiodiffusions sonores et de télévisions et de toutes publications de presse en République du Bénin pour une période de 6 mois, à compter du 05 novembre 2009 à minuit, précise également la décision rendue publique. Le Matin du 06/11/2009 

 Les syndicats et travailleurs en lutte réclament la démission de Boni Yayi

La coordination des syndicats et travailleurs en lutte organise le jeudi 12 novembre 2009 une grande marche pacifique de protestation. L’objectif de ce mouvement est de dénoncer l’incapacité du gouvernement de Boni Yayi à satisfaire les exigences des travailleurs. Après la marche du 29 octobre dernier, la coordination des syndicats et travailleurs en lutte (Cstl) compte descendre à nouveau dans la rue à Cotonou pour condamner le « mépris » que Boni Yayi et son gouvernement affichent vis-à-vis des revendications des travailleurs. Ainsi, tous les militants des syndicats en grève ou qui organisent des mouvements de protestations (sit-in et marches), comme un seul homme, battront le macadam pour dénoncer ce qu’ils qualifient  d’ « incapacité du gouvernement » à résoudre les problèmes essentiels des travailleurs et des populations. Selon Paul Essè Iko, président de Cstl, joint au téléphone, ces problèmes essentiels concernent la cherté de la vie, les nouveaux programmes d’études, le reversement des contractuels dans les secteurs de l’éducation, de la santé et dans les ministères, la précarité de l’emploi, la liberté d’opinion et d’expression, et autres. Le Matin du 05/11/2009   

Echec de la candidature béninoise à la Direction générale de l’Unesco, Nouréini Tidjani-Serpos fâché contre Yayi Boni

Le gouvernement du président Yayi Boni a bien une responsabilité dans l’échec de la candidature de Nouréini Tidjani-Serpos. Si jusqu’ici il pouvait subsister un brin de doute, depuis hier, il est levé. Ce sont sûrement des considérations politiciennes qui ont en partie provoqué l’échec de l’aventure du Béninois dans sa volonté de diriger cette institution spécialisée des Nations-Unies. Celui qui était jusque-là le Directeur Afrique de ladite institution, en a vraiment souffert et en veut toujours au régime du Dr Yayi Boni. Seulement, tout porte à croire que pendant le déroulement de la difficile campagne pour la mobilisation des pays membres de l’Organisation autour de cette candidature béninoise, le candidat Béninois avait voulu garder le silence pour ne pas en perturber le bon déroulement. Quelques semaines après cette mésaventure, les premiers indices apparaissent. A la sortie de l’entretien qu’il a eu ce mercredi avec le chef de l’Etat, le candidat malheureux a en effet laissé transparaître cette colère qui le ronge et qu’il a du mal à contenir. Même si le candidat malheureux n’a pas voulu commenter expressément les nombreux soupçons de politisation de cette candidature et le semblant de soutien du gouvernement, il a par contre bien signifié qu’il a beaucoup de choses à dire mais qu’il préfère les taire pour l’instant. Pourquoi ? Nul ne saurait le dire pour le moment. Toujours est-il que a tenu des propos dont la substance est on ne peut plus claire. « Le moment aujourd’hui…, je ne veux pas parler de ça. Il (le chef de l’Etat) a une manière très très personnelle de calmer les colères, de calmer les énervements. Donc, par respect pour lui, pour le moment, je ne dis rien », affirmait en effet le grand homme de culture au sortir de cette audience. Le Matinal du 05/11/2009  

 

 Léhady Soglo sur ‘’Africa 24’’ :« Boni Yayi a voulu mettre à mal la démocratie »  

Le premier adjoint au maire de la ville de Cotonou M. Léhady Soglo a été reçu jeudi 5 novembre dernier sur la chaîne de télévision ‘’Africa 24’’. Entre autres sujets débattus, il y avait les raisons de la création du G4. L’invité du journaliste Babillas Boton a répondu que le G4 a vu le jour parce que les anciens partis politiques ont remarqué que Boni Yayi a voulu mettre les acquis de la démocratie à mal. Concernant ces rapports avec le chef de l’Etat, il a souligné qu’il ne s’agit aucunement d’un rapprochement politique mais simplement d’une obligation morale de travailler avec le pouvoir central. S’agissant de la présence de son frère Galiou au sein du gouvernement, le premier adjoint au maire de la ville de Cotonou a martelé qu’il ne s’agit nullement d’un accord du parti de la Renaissance du Bénin (Rb) avec le Dr Boni Yayi. Il a par ailleurs avoué que le ministre Galiou Soglo est toujours membre de la Rb. Toutefois des formules sont entrain d’être envisagées pour régler sa situation. Le Matin du 06/11/2009  

 Présidentielle et Législatives de 2011, 17 milliards pour la Lépi

 Après l’adoption de la loi sur la Liste électorale permanente informatisée ( Lépi) et sur le Recensement électoral national approfondi ( Rena ) par l’Assemblée nationale, il y a quelques mois, le processus de cette réforme électorale pour l’élection présidentielle de 2011 est devenue irréversible. Conscient de l’enjeu, le Gouvernement qui est à l’origine de l’initiative de cette loi, mène une course contre la montre pour la mobilisation du financement. C’est dans ce cadre que le Ministre en charge des Relations avec les Institutions, Zacharie Bababody, séjourne depuis jeudi 5 novembre à Abuja, la capitale du Nigéria où il organise une table ronde sur la mobilisation du budget de la Lépi. Un montage budgétaire évalué à environ 17 milliards de FCFA. L’élection présidentielle de mars-avril 2011 sera –t-elle organisée sur la base de la loi n°2009-10 portant organisation du Recensement électoral national approfondi (Rena) et établissement de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi), votée le 04 mai 2009 dernier par l’Assemblée nationale ? C’est la question que se posent encore, aujourd’hui, nombre d’acteurs politiques dont les destins à l’élection présidentielle dépendent de cette réforme électorale. Aube Nouvelle du 06/11/2009   

 

Publié dans Actualité Béninoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article